•  "Rêves" - être prévenu?

    Curieux de lire la suite de "Rêves"? Intéressé par cette histoire?

    Pourquoi ne pas vouloir être prévenu à chaque sortie de nouvelles pages et/ou nouveaux chapitres concernant ce texte?

     

    Si ça vous tente, laissez un commentaire et je vous inscrirerai dans la liste des prévenus!

     

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    Liste des prévenus:

    -lucy63

    -


    3 commentaires
  •  _Tu es seul? Où sont tes parents? m'inquiétais-je.

    Il ne me répondit pas. Il resta longuement devant moi, sans rien dire, sans bouger. Puis, après quelques berfs instants, il reprit notre conversation:

    _Les aiguilles de ta "montre" tournent régulièrement et lentement... Regarde la mienne!

    Il retroussa la manche droite de son pull. La montre que je vis sous mes yeux à ce moment là me laissai sans voix: elle n'était composée que d'une seule petite aiguille. Celle-ci tournait sous son propre chef, tournait sans ryhtme fixe, comme bon lui semblait.

    _M... ma... mais... co... comment..., réussis-je à dire, avec une grande stupéfaction.

    Le garçon me fit un léger sourire.

    _Tic, tac, tic, tac... ton coeur est vide. Il ne ressent rien. Il ne bat que pour le besoin de ton corps. C'est pour ça qu'il indique l'heure, il attend que le temps passé.

    J'étais pétrifié. Après avoir prononcer ces mots, le petit garçon partit vers le chemin du vent. Et moi je le regardais s'éloigner de moi, immobile.

    Puis, plus rien..."

     

    →Suite en cours


    3 commentaires
  • "J'avais perdu de vue mon "guide" mais je continuais d'avancer. Les arbres de la forêt grandissaient au fur et à mesure que je marchais; j'avais de plus en plus de mal à voir le ciel.

    Peu après, j'étais enfin arrivée ici, dans cette espace recouvert d'herbe et de fleurs. Au milieu des fleurs les plus resplendissantes se trouvait un petit garçon aux yeux vifs. Il s'avança jusqu'à moi.

    _Qu'est-ce que c'est? demanda-t-il en me montrant quelque chose du doigt. Son index se dirigea vers ma main gauche.

    _Cela? C'est ma montre.

    Il prit mon poignet et examina l'objet. Il m'interrogea ensuite sur cette montre:

    _A quoi ta "montre" te sert-elle?

    _Elle m'indique l'heure qu'il est.

    _Elle indique l'heure?

    _Oui! Pour éviter par exemple d'être en retard!

    Il y eut alors un silence. L'enfant regardait ma montre avec toujours cet air curieux.

     

    Tournez la page


    votre commentaire
  • L'oiseau, infatiguable, ne s'arrête pas et continue de voler au dessus de moi. Tout en marchant, je le suie sans me soucier des agitations présente dans cette grande ville qui me faient parfois obstacle. Soudain, la petite créature se pose finallement sur une branche d'un chêne. Je me ressaisie. Je ne suis plus en ville mais devant une mystérieuse forêt.

    "Je crois que je suis allée trop loin. Je ferai mieux de rentrer" pensé-je après avoir vu cette forêt-qui ne me donne aucune envie d'y aller.

    Alors que je m'apprète à suivre mon conseil et à revenir sur mes pas afin de rentrer chez moi, le bel oiseau quitte sa branche en chantant joyeusement. Cette mélodie résonne dans ma tête, elles n'était composée que de quelque notes, faciles à retenir. Inconsciemment, je continue mas route vers la forêt.

     

     ~

    Je me réveille en sursaut et je regarde étrangement autour de moi. L'endroitoù je me trouve actuellement ne m'est nullement familier: je suis allongée sur de l'herbe, entourée de belles fleurs plus magnifiques les unes que les autres. Loin derrière moi, une forêt réside et essaye de cacher la ville où j'étais quelque "minutes" auparavant.

    Je m'assis. Fixant le sol, je m'efforce de me remémorer ma journée pour savoir comment et pourquoi je suis ici. C'est alors que mes souvenirs me reviennent.

     

    Tournez la page


    votre commentaire
  • ~

    Je lève doucement mes yeux vers le ciel. Les nuages gris fuient le soleil éblouissant, seul le vent peut tenir tête à une telle lumière. Je soupire.

    Cela fait exactement une heure que je contemple le ciel maintenant vide, les petites rues commerçantes et les majestueux magasins du centre-ville. Une heure que je m'impatiente, que j'attends. L'idée que quelqu'un pourrait venir me chercher à tout moment ou que quelque chose pourrait se passer n'importe quand me redonne de l'espoir.

    Le vent me donne subitement un dernnier frisson à mes épaules avant de disparaître complètement. J'entends à présent les inombrables pas des gens autour de moi. La plupart sont pressés mais d'autre marchent paisiblement. Je m'assis sur un banc pour soulager mes jambes fatiguées.

    Devant moi se tient un arbre tout à fait ordinaire. Pourtant, sa présence fait naître en moi un sentiment de sécurité. Puis, les feuilles de l'arbre commence à remuer, à s'agiter. A ma grande surprise, un bel oiseau vole hors de sa cachette, entre les feuilles de cette arbre, pour se percher sur le réverbère juste à côté du banc sur laquel je suis assise.

    L'oiseau me fixe d'un air curieux. Je le regarde à mon tour. Je n'aperçois pas son long bec caché par ses plumes d'or et malgré sa petite taille, ses yeux noirs semblent sévères et autoritaires. Il part de son perchoir quelques secondes après. Intriguée, je décide de le suivre.

     

    →Tournez la page


    2 commentaires