• Petits écrits

    Cette rubrique comporte des écrits de tous genres (poèmes, texte...) que j'ai moi-même imaginé.

  • Pourquoi ne me regarde-t-il pas?

    Agrippant la taille de sa petite-amie, il passe à côté de moi. Il serre ma gorge, il transperce mon cœur, il a totalement pris mon souffle. Je suis devenue un mort-vivant qui ne réagit qu'à ses ordres. Et pourtant, je n'en reçoit aucun. Il ne me voit pas.

    Mort-vivant.

    Pourrai-je revivre un jour? Attendant tes ordres, je sombre dans les abysses. Puisque tu ne me regardes pas, je n'existe pas. Pose tes yeux sur moi, seulement cela, je t'en supplie, pour que mon cœur renaisse de ses cendres. Que quelqu'un m'aide! Que quelqu'un me redonne l'envie de vivre! Alors, alors seulement alors, je vivrai pour cette personne qui m'a rendu la vie. Je veux vivre une nouvelle fois. Je n'arrive pas à vivre pour moi-même.

    Que quelqu'un m'aide.

    Utarei-chan


    6 commentaires
  • J'aimerai rendre hommage à tous ceux qui ont quitté eklablog.

    Ceux avec qui je me suis amusées, avec qui j'ai vécu des bons moment. Avec qui je n'ai rien vécu du tout, mais qui ont su créer un lieu de partage et de joie à travers leur blog. Ceux qui me sont chers, ceux que je ne connais pas. Ceux qui ont fait irruption dans "ma carrière blogestre".

    Beaucoup de blog que j'ai auparavant visité durant ces longues années sont à présent fermés, même supprimés. Il y en a qui mette leur blog sur pause. Toutes ces tristes fins, par moment, fendent le cœur. Mais gardons une joie: celle d'avoir vécu avec eux, de les avoir tant que soit peu connu. La vie continue, l'aventure se poursuit, et un jour le chemin se terminera.

    "Souvenir oublié vivant dans toutes choses"

    Gardons en mémoire ce long parcours. Gardons en mémoire ceux qui ont quitté eklablog. Mais gardons dans nos cœurs ceux avec qui vous savourez le présent.

     

    Utarei-chan


    4 commentaires
  • Une feuille, un crayon, un dessin.

    Quand était-ce? La dernière fois où je ressentais l'envie de dessiner? J'avais oublié la sensation du crayon sur la feuille, ou plutôt des traits que mes mains traçaient ajustés par un regard vif. J'avais oublié comment mon esprit devait s'y prendre pour apporter l'harmonie à mes esquisses.

    L'oubli d'une Harmonie.

    L'art s'utilise pour représenter la douleur? La souffrance? L'absence d'un amour? Pourtant sans l'amour mes dessins étaient dénués de sens. Sans la sérénité d'un sourire qui éclot sur mon visage, je continuais de gribouiller le chaos de mon coeur.

    Maintenant j'ai retrouvé le sens.

    Ce qui se passe dans l'âme se passe sur l'image qu'on représente.


    4 commentaires
  • Pour nous, la vie consiste à tomber, puis à se relever, et ce du début jusqu'à la fin. Nous vivons une boucle infinie.

    Il y en a qui tombe, mais ne veulent pas se relever. Il y en a qui tombe mais ne savent pas comment se relever. Il y en a qui n'ont pas remarqué leur chute, mais se relève naturellement. Je ne pourrai pas continuer éternellement de lister tous les cas possibles, propres à chaque instant et à chaque personne.

    L'Homme est faible, alors il tombe. Mais il possède aussi une force, alors il se relève. Une fois tombé, on ne sait pas combien de temps on va mettre pour se relever. Une fois relevé, on ne sait pas combien de temps il nous reste debout.

    Nous tombons, c'est un fait: qui ne tombe pas? Mais la question se trouve dans notre courage à se relever. Ce n'est pas simple, ni rapide, ni efficace, mais c'est une occasion de plus de nous donner la possibilité d'avancer.

    Ce cercle provient de l'action que nous menons sur un chemin. On peut choisir plusieurs routes. Certaines routes sont plus facile, ou agréable à passer. D'autre nous repousse avec ses obstacles ou ses cailloux.

    Nous ne choisissons pas notre point de départ, ni le trajet des autres personnes. Nous marchons sur les minutes qui se suivent. C'est à ce moment là, pendant notre traversée, que seule notre arrivée importe. Nous choisissons l'endroit où l'on veut aller.

    Parfois, nous regardons derrière nous, certains même se tournent et, incapable de changer de trajectoire, de changer l'ordre des secondes qui passent, ils se bloquent et ne peuvent continuer. Parfois, nous regardons derrière nous. Certains même marchent ardemment, et veulent prendre un nouveau départ suite à ce qu'il laisse derrière eux. 

    Chaque personne a son point de départ qui lui est propre. Chaque personne choisisse sont point d'arrivée. Chaque personne décide des routes qu'il vas prendre. Chaque vie est un chemin unique.


    votre commentaire
  • Je me lève.

    Je suis entourée de verdure, de fleurs et d'arbres. Tous ne semblent pas faire attention à ma présence, bercés par les pas de danse du vent. Je me mis à mon tour à suivre ces mouvements, me balançant de droite à gauche.

    Je regarde le ciel. Les rayons du soleil tombent délicieusement sur le sol. Souvent déjà, je contemplais les hauteurs, rêvant d'aventure, de liberté, de bien être. Encore maintenant c'est de cette manière que je commence à me perdre dans mes pensées. Sereinement j'inspire l'air frais.

    Puis, le vent devient plus violent, me poussant dans les profondeurs de la forêt. Au fur et à mesure, mes pieds quittent le sol, et marchent avec assurance dans le vide. Intrigué par cette expérience, j'essaye de courir de toutes mes forces, afin de m'éloigner le plus possible  du "bas". Je tends mes bras, tel un oiseau prêt à prendre son envol, puis d'un souffle, le vent m’emmène vers les hauteurs.

    Je vois seulement de minuscules points, qui doit sûrement être la forêt où je me trouvais. J'aperçois une petite maison au loin. Je m'y approche par curiosité. Cette nouvelle capacité à me déplacer rempli mon cœur de liberté. En quelques minutes, j'arrive au dessus de l'humble bâtiment en bois au milieu de la nature. Je m'empresse de me poser sur le toit, quand une idée me vient: "Pourrais-je voler de nouveau une fois que je serais retournée au sol?" La crainte de me retrouver une nouvelle fois cloué au sol secoue mon esprit. Malgré tout, je pose enfin mon pied.

    La porte de la maison s'ouvre. Trois hommes plutôt robustes sortent, chacun équipé d'un imposant bâton en bois. Je reste immobile sur le toit, ne sachant pas comment réagir avec ces nouveaux venus. L'un deux me pointe du doigt, puis des cris de rage retentirent à travers leur bouche. Je comprends que je ne suis pas la bienvenue. Je saute du toit, m'efforçant de courir toujours plus haut, en agitant mes bras.

    Le vent re-souffle pour moi, m'entraînant loin loin loin...


    votre commentaire
  •  

    Le rude soleil d'un après-midi d'été frappait les fenêtres de la maison. Aucun nuage ne faisait obstacle à cette lumière obligeant l'homme à fermer les volets, en espérant avoir un peu plus de fraîcheur.

    Il s'installa sur le canapé du salon. La pièce dans laquelle il se trouvait n'était ni luxueuse, ni pauvre: le tapis se situant au centre de la salle semblait simple, entouré de canapés qui avaient la même allure.

    L'homme se leva du canapé tant bien que mal et se dirigea dans sa chambre afin de se reposer. Encore une fois, il eut du mal à s'allonger sur le lit en tenant d'une main son dos douloureux.

    Le téléphone sonna. Il tendit la main, espérant attraper l'appareil sur sa commode. Les efforts en vain, la sonnerie se tut. L'homme posa ses pieds au sol, puis une fois debout, pris le téléphone. Il rappela sa femme. Puis,il tomba. Au sol. Laissant le téléphone crier.

    Utarei-chan

    Ce texte est un extrait de mon imagination ^^


    4 commentaires
  • "Je regarde autour de moi: une infinité de masque s'offre à moi. Tous aussi différent et unique les uns que les autres. Je les fixe avec attention et curiosité. J'enlève enfin celui qui se trouvais déjà sur mon visage. Aussitôt, un autre prend sa place.

    Je ne pouvais me passer de ces masques. Il fallait qu'il y en ai un qui cache ma face.

    Mes pensées s’entremêlent. Je me pose alors plusieurs questions qui me troublent: quelle est mon vraie visage? Si tous mes masques s'écrouleraient, que se passera-t-il?

    Est-ce impossible?

    Puis le vide s'installa dans mon esprit qui laissa la place à une réponse. En effet, c'est impossible si ces masques font partie de moi. Et si ce qui se cache derrière, c'était la raison qui poussait ces masques d'exister.

    Et cette face-là, personne ne peut la voir."

    Utarei-chan


    votre commentaire
  • "Une étoile scintillante tombait hors de ce beau ciel, que j'avais longtemps contempler auparavant. Cette étoile se fracassa sur le sol, brisant le rythme tranquille de mon cœur. Je ne pouvais rien faire.

    Seul son soleil en avait le pouvoir. Pouvoir dont j'ai tant rêvé d'avoir. Pouvoir qui permettait de le réchauffer. Je fît mine de n'avoir rien vu, redoutant de croiser son regard. Il était seul, avec ses milliers d'étoiles qui coulaient à la suite sur son visage.

    Et je ne pouvais rien faire."

    Utarei-chan

     

    Ce texte est un extrait de mon imagination. x)

    J'ai écrit ce texte pendant mon cours de français... (il faut savoir que je suis très attentive pendant les cours, la preuve xD )


    votre commentaire