• Bonjour à tous!

    Cette année, je participe pour ma première fois au festival de la Japan Expo! Je pars demain en direction de Paris! À partir de ce moment là, je vais de moins en moins avoir le temps pour mon blog. Après la Japan Expo, j'enchaîne différents lieux (et dans certains je n'aurai pas accès à internet)

    Alors je vous souhaite à tous de très bonnes vacances !

    Peut être que j'aurai la chance de faire de bref intervention sur mon blog pendant ce temps. Je reviens vers milieu août alors d'ici là, je délaisserai mon blog x)

    Utarei-chan

     

    06/07/16


    6 commentaires
  •  

    La ville dans laquelle je me trouvais semblait vieille, constituée essentiellement de pierre. J'ai le souvenir d'avoir marché à travers cette ville et d'avoir croiser un homme de ma classe (mais je ne pouvais visualiser son visage, sûrement un personnage que j'ai créé sans me référer à des personnes que je connais). Il était très grand avec des cheveux bruns. Il était facilement irrité par le comportement d'autrui et se mettait souvent en colère. Je me méfiait de cette personne en l'évitant le plus possible sans en avoir réellement peur.

     

    :::::::::::::::::::: 

    Je me retrouvais dans un cimetière sans tombeau (vous allez me dire que ce n'est plus un cimetière dans ce cas xD). à la place des tombeaux se trouvaient des petites statues. L'endroit était entouré de buisson et des lierres s'entremêlaient avec les statues. Au fond du soit-disant cimetière je voyais une petite cabane en bois, engloutie par la végétation. Une sorcière y résidait.

    J'avais apparemment rendez-vous avec cette sorcière. Elle me dit que le jeune homme -que j'ai décrit plus haut- était en danger et que c'était à moi de le sauver. Je devais suivre plusieurs étapes pour cela. Dont une qui m'a marqué: c'était de trouver cinq petites fleurs et de les rapporter chez la sorcière. Je n'ai pas pu retenir le nom de la fleur. Je demandais à la sorcière où est-ce qu'elles se trouvaient et elle me répondit qu'elles poussaient dans l'ombre. En effet j'ai pu en trouver dans la ville, dans une ruelle sombre.

     

    :::::::::::::::::::: 

    Puis je me retrouvais à un bac écrit. Une grande salle avec un millier d'élèves. Mon "protégé" était à quelques tables derrière moi et rouspétait auprès d'un surveillant. Il finit par prendre son sac et à sortir de la salle. Je me suis mise à m'inquiéter pour lui. (Heureusement pour lui que ce n'était qu'un rêve, parce que j'ose même pas imaginer ce que ça aurait donné dans la vrai vie, avec le vrai bac!)

     

    ::::::::::::::::::::

    Quelques temps après, j'ai dû sympathiser avec lui parce que je me suis retrouvé dans le fameux cimetière à ses côtés. Peut être que la sorcière me l'avait demandé. On rejoignit la sorcière et nous discutions. Elle ne semblait pas vouloir la protection du jeune homme et le menaçait. C'était pourtant elle qui m'avait ordonné de le protéger. Elle volait lui jeter d'autres sorts pour le tuer. Je pense que c'est elle depuis le départ qui lui jetait des sorts. Elle s'amusait peut être avec des "jouets humains".

     

    :::::::::::::::::::: 

    Puis je me retrouvais à l'intérieur de la cabane qui n'était autre qu'une grotte. Le jeune homme se trouvait au fond de la grotte, emprisonné par un sort de destruction à retardement. Devant lui, une femme "d'un autre monde" qui me ressemblait trait pour trait. Les genoux à terre je me sentais impuissante. La femme qui était moi sans l'être effectuait un sort pour le sauver mais devait pour cela se sacrifier. Je connaissais les sentiments amoureux du jeune homme à son égard.

    Je me souviens du rôle que la sorcière m'avait confié. Depuis le départ, c'était moi qui le protégeait, effectuant des quêtes les unes après les autres. Cette femme, elle, n'avait rien fait jusque là. En ce signe d'honneur, je me levai brusquement et poussai la femme pour prendre sa place. Le sort s’accomplissait et je sentais une magie survenir pour prendre ma vie. Je n'avais pas peur. Pourtant, bien que le sort s’opéra grâce à mon sacrifice, c'est la femme qui disparut. Comme si elle n'avait jamais dû être là et que par conséquent c'était à elle de se sacrifier. Je me retrouvai alors seule dans la grotte avec le jeune homme.


    8 commentaires
  • "J'appris à la même époque, que tout ce qu'on abandonne, bon ou mauvais, laisse un sentiment de vide. Mais si c'était quelque chose de mauvais, le vide se comblait tout seul. Dans le cas contraire, il fallait trouver quelque chose de meilleur pour refaire le plein.

    Paris est une fête de Hemingway


    5 commentaires
  • "Je sais. Mais il nous faut vivre le présent et ne pas en perdre une minute."

    Paris est une fête de Hemingway


    7 commentaires